Edito

Un grand bonheur

J'ai l'immense plaisir de vous informer que je suis accueillie sur le site formidable de poésie Tapin2: il s'agit d'un extrait de la lecture performée donnée à la Maison de la littérature de québec. Ce site est tenu par Julien d'Abrigeon, poète, et ne contient aucun texte, mais des captations vidéos. C'est une mine de découvertes de poètes français et internationaux. 

 

 

 

Actualité

18 juin 2018

Lecture Performée

Lecture à la bibliothèque Marguerite Audoux samedi 23 juin 2018 à l'invitation de Remue.net, pour la 12ème Nuit Remue. Une lecture en belle compagnie: Fabien Arca, David Christoffel et Maël Guesdon, Sophie Coiffier, Séverine Daucourt-Fridriksson, A.C. Hello, Philippe de Jonckheere, Ismaël Jude, Anne Mulpas, Christiane Veschambre et Gilles Weinzaepflen.

28 mai 2018

Printemps-Été 2018

Le soucis avec Facebook c'est de ne plus actualiser son site ! C'est chose faite aujourd'hui !

Lecture performée le 6 juin chez Agnès Aubague dans le cadre du Marché de la poésie, rendez-vous ensuite le 12 juin à Chamonix à la librairie espace Guérin éditions Paulsen à l'invitation de la Maison des écrivains et de la littérature. Ce sera pour finir en beauté la belle soirée de la Nuit remue où je suis invitée, le 23 juin. Le journal dessiné au rotring suit son cours... 

23 janv. 2017

Création de la pièce chorégraphique Rhizome

Création de la pièce chorégraphique Rhizome d'Élise Lerat le 23 janvier 2017 au Théâtre Universitaire de Nantes. En collaboration avec la chorégraphe, à partir d'improvisations, d'échanges, en résonance avec l'œuvre de Gilles Deleuze dont quelques passages sont cités, le texte est né de ces allers retours. Deux danseurs Laurent Cebe et Marc Têtedoie, un comédien Antoine Orhon et une comédienne Delphy Murzeau prennent en charge à la fois le texte et la danse.

Communiqué de presse : Chaque geste serait unique et ne pourrait pas être répliqué à l’identique : le mouvement irréductible. Les interprètes agencent des séquences de mouvements, de mots. Des récits se créent au rythme de ces séquences qui se chevauchent, se répètent par différenciation, créant ainsi des intervalles, des ritournelles, des images qui échappent. Ces espaces qui nous échappent donnent corps aux possibles du tragique, de la jubilation, du tout est possible. La pièce est construite au travers de cela. Les interprètes cherchent leurs places en essayant. Tous élaborent des principes de vie, comme au sein de n’importe quelle communauté.

 

 

 

Haut de page